Palmarès 2020

Ce fût une année très différente pour nous tous. Pour ma part, j'ai éprouvé quelques difficultés à investir mon temps à la photographie puisque ma concentration était sans cesse liée aux rénovations entreprises à la maison.

J'ai toutefois, amorcé l'une de mes plus belles réalisations à vie, mais elle n'est pas liée à la photographie! Cette prochaine photographie vous laissera comprendre de quoi il s'agit.


Et oui, je serai, au début de l'année prochaine, le fier papa d'une petite fille à qui je vais tenter de partager toutes mes connaissances sur la vie, la nature et bien évidemment, la photographie! Bref, je me questionne si je vais être en mesure de vous présenter un palmarès 2021 l'an prochain parce que ça n'a pas l'air facile de conjuguer photo et bébé à la maison!


Cette année, j'ai été très heureux et fier d'avoir l'annonce que l'une de mes photos obtenir la 8ième place du volet animalier au concours Mongeon-Pépin 2019. Et comme à chaque année, j'ai participé en tant qu'exposant artiste au marché de Noël de La Pocatière qui fut un grand succès. Malgré l'annulation des ateliers photos que j'étais censé offrir cette année, je me suis concentré sur la boutique en ligne qui d'ailleurs, a été mise en lien avec certaines des images qui vont suivre sur le présent palmarès.


Comme je le présente à chaque année, ce palmarès ne représente pas les photos qui ont eu le plus d'interactions sur les réseaux sociaux, mais bien ceux qui m'ont faites vibrer au courant de l'année. Parfois par leur couleurs, le comportement de l'animal en question ou très souvent, l'effort mis à réaliser ces photos.


Sans plus tarder, on commence avec la


Photo 10

Un lever du jour à l'Île-du-Prince-Édouard. C'était mon tout premier périple dans cette région et depuis, je ne fais que rêver d'y retourner. En fait, j'avais déjà un second voyage de prévu, mais la pandémie est venue freiner mon élan comme peut-être plusieurs d'entre vous.

Ce jour là fut le seul où j'ai pu bénéficier de belles couleurs et de lumière. Le reste du temps était gris et nous avons aussi eu droit à une grosse tempête de neige. Quelques minutes après la prise de cette photo, j'ai demandé la main à ma bien aimée!


Photo 9

En tant qu'artiste, je pense qu'il est normal de parfois se détacher de son appareil photo pendant quelques temps. Tout çà dans le but de mieux renouer avec ce dernier. J'avais eu une période un peu moins inspirante pendant les semaines qui ont précédé cette photo. Mais une fois devant ces cormorans et ces filets aux anguilles que j'ai tant l'habitude de photographier à chaque année, je n'avais qu'une seule envie; faire de la photo!


Photo 8

J'étais à la recherche d'une famille de renards qui venait tout juste de changer l'emplacement de leur terrier quand au loin, dans le champs, j'ai aperçu ce magnifique coyote. Les coyotes sont généralement furtifs devant ma caméra, mais cette fois, j'avais l'avantage d'une trachée dans les champs et l'herbe haute pour mieux me camoufler.

Ne connaissant pas bien le comportement de cet animal que j'ai toujours vu se prenant les jambes à son cou, mon cœur se débattait toujours plus vite à force de l'approcher. J'ai vite compris qu'il était en train de se nourrir, donc sa concentration était entièrement consacrée à dévorer son repas. Mes mains tremblaient à l'idée d'enfin le photographier de plus près et quand il a levé la tête, CLIC!


Photo 7

Cette photo n'a possiblement rien de très exceptionnelle à vos yeux, mais aux miens oui. J'y vois une buse pattue en plein action, dans son environnement et avec une ambiance que j'adore, une faible neige tombante. Au tout début, du premier confinement lié à la pandémie, je me levais presqu'à tous les matins pour photographier les buses et les busard des marais qui étaient en période migratoire. Cette photo fut celle qui m'a émerveillée le plus!


Photo 6

En totalité cette année, j'ai du suivre plus de 5 terriers de renards. Non pas tous en même temps, mais les uns après les autres, un évènement venait signaler un danger pour les petits, alors la mère les déplaçait et je perdais leurs traces.

Ce terrier fut le tout premier que j'ai suivi. Il y avait 3 petits très énergiques qui courtisaient sans cesse l'attention de leur mère.


Photo 5

Pour ceux qui me suivent depuis déjà un bon moment, vous savez à quel point j'aime réaliser des photos en noir et blanc. Malheureusement, j'en ai fait qu'une seule cette année et c'est celle-ci.

Bien qu'elle ne représente pas un paysage ou un animal, elle représente bien le coté minimaliste que j'adore représenter en noir et blanc. Ce couple, se dirigeait vers le fleuve tandis que moi, j'attendais un vison d'Amérique. Au moment, de la photo, je ne faisais que m'occuper, mais au final j'ai réalisé l'une de mes plus évocatrice à ce jour.


Photo 4

Cette photo date d'il y a à peine quelques jours! La neige étant disparue à cause des températures trop anormales depuis les derniers jours ont fait que les harfangs des neiges sont beaucoup moins camouflés dans leur environnement hivernal.

J'ai approché cette petite poule, comme j'aime bien les appeler, très tranquillement. Quand je suis parti vers elle, j'ai cru qu'il me restait encore quelques heures avant le coucher de soleil et finalement, j'ai mis tellement de temps que j'en étais aux derniers rayons colorés du jour!


Photo 3

C'était à l'un des terriers où j'ai passé le plus de temps cette année où, non seulement il y nichait 5 petits renardeaux, mais la mère était très docile à mon égard. J'ai même pu assister à quelques séances d'allaitements, un moment auquel je n'avais jamais eu la chance d'assister malgré les dernières années à photographier des renardeaux en pleine croissance!


Photo 2

L’automne est toujours un moment que j’apprécie beaucoup. Tant qu’aux couleurs qui deviennent tranquillement plus ternes, les températures plus fraîches, les temps plus gris et le retour des strigidés que j’aime tant photographier!

J’ai photographié cette chouette rayée en fin de journée dans un boisé où la lumière ne transperce a peine les branches pratiquement nue de feuillages. Elle était concentrée, bien à l’écoute d’une proie qui se faufilait entre les feuilles déjà au sol.


Photo 1

À mes tout débuts de photographie, j'allais souvent passer du temps à l'ecomuseum de St-Anne-de-Bellevue où un renard argenté était hébergé. Je pouvais passer des heures à contempler sa beauté. Je rêvais de photographier l'un d'eux à l'état sauvage et cette année, j'ai réalisé ce fameux rêve à l'Île-du-Prince-Édouard. Ce renard m'a offert la plus belle séance photographique de ma vie et depuis, je ne rêve que d'aller le retrouver!